Passer des paroles aux actes

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Par Denis Ramspacher, président de la FDSEA

De remaniement gouvernemental en annonce de choc de compétitivité, les mois passent et l’économie française s’enfonce toujours un peu plus. Il est grand temps que nos dirigeants politiques passent enfin des paroles aux actes. En d’autres mots, la barque est pleine et risque de couler dans peu de temps. Le coup de colère des agriculteurs bretons, si nous ne le cautionnons pas, doit cependant nous interroger sur l’immense désarroi qu’il traduit. Contraintes qui ne cessent de s’accumuler, à l’image de la directive nitrate. Taxes nouvelles comme l’écotaxe qui avait été suspendue il y a un an suite à nos actions, mais dont le gouvernement fait le forcing pour nous l’imposer à nouveau. Pression sur le prix de nos produits par la grande distribution qui se livre à une véritable guerre des prix sur notre dos.

Je pourrais continuer ainsi à lister les boulets que nous trainons à nos pieds qui nous empêchent d’avancer et nous freinent par rapport à nos concurrents. Cette situation, nous l’avons une nouvelle fois présentée aux députés de notre département à l’occasion de la rencontre organisée sur une exploitation agricole dans le canton de Benfeld en début de semaine. Nos demandes sont faciles à mettre en œuvre et la plupart indolores pour les finances publiques. Desserrer l’étau des contraintes réglementaires et des tracasseries administratives ne coûte rien au budget de l’Etat… et pourrait même rapporter !

Dans un contexte de retournement du marché des céréales, avec des prix en nette baisse, de craintes sur les conséquences de l’embargo russe notamment sur les marchés de la viande, des fruits et légumes ou encore des produits laitiers, ces bouffées d’oxygène que nous réclamons sont d’autant plus urgentes. La semaine dernière en Conseil fédéral de la FNSEA, tous les départements et toutes les productions ont dit leur exaspération. Il est temps que le gouvernement prenne la mesure de la situation. C’est pourquoi le président de la FNSEA, Xavier Beulin, a demandé un rendez-vous au Premier Ministre. L’objectif est de lui présenter les points durs sur lesquels nous attendons des réponses concrètes d’ici le 5 novembre, qui pourrait être une journée de mobilisation sur l’ensemble du territoire.

Cette action nationale sera adressée aux pouvoir publics avec la volonté de faire comprendre que les agriculteurs n’en peuvent plus de la sur transposition des normes, des contraintes réglementaires, fiscales, sociales et environnementales qui viennent court-circuiter notre compétitivité.

Ici en Alsace, cela commence par l’obtention par le Préfet des dérogations nécessaires à la directive nitrates pour ne pas enfermer les éleveurs dans des dates d’épandage impossibles à tenir. Cela passe aussi par le rejet de l’écotaxe, désormais appelée péage de transit, et dont le niveau de taxe appliquée en Alsace serait le plus élevé de France ! Nous réclamons aussi une année blanche en 2015 pour les contrôles verdissement de la Pac. Il n’est pas normal en effet que certaines règles ne soient toujours pas encore connues alors que nos assolements pour la campagne à venir sont déjà arrêtés.

Sur tous ces points, la balle est clairement dans le camp du gouvernement et de son administration.

Les réunions de la tournée cantonale qui débuteront d’ici un mois seront l’occasion de faire ensemble un point sur tous ces dossiers et les avancées obtenues. D’ici là, les récoltes devraient être bien avancées. A l’exception de certaines productions spéciales comme le tabac et les asperges, les rendements devraient être au rendez-vous. Mais ils seront plombés malheureusement par des prix qui se sont complètement retournés. Raison de plus que nous obtenions rapidement des avancées sur les point évoqués précédemment. Et désormais plus de paroles, mais des actes !

événements

  • {0} - {1}

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Toutes les émissions dans la médiathèque