Rester mobilisés pour l’élevage

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

L'action du 12 avril a marqué le début d'une longue campagne en faveur de l'élevage qui se clôturera en juin à Paris. D'ici là, les revalorisations des prix sont attendues faute de quoi la FDSEA durcira le mouvement.

Dans la foulée de l'action syndicale...

La FDSEA a engagé des démarches dès le mois de mars en organisant une rencontre bilatérale entre les représentants des filières élevages et fruits et légumes et la grande distribution.

Cette rencontre avait permis la naissance de plusieurs pistes de travail sur le développement de filières régionales cependant aucun engagement sur les prix n'avait été pris. En effet, les négociations commerciales sont débattues au niveau national.

Le problème relevant du niveau national, la FNSEA a organisé une journée de mobilisation le 12 avril dernier. Dans le Bas Rhin, la FDSEA a choisi une sensibilisation des consommateurs en proposant une distribution de lait devant le Cora de Vendenheim. Sur toute la France, plus de 15 000 éleveurs ont manifesté dans 80 départements afin de revendiquer les hausses de prix. Le président de la FDSEA a tenu à remercier les participants à l’action du 12 avril pour leur implication.

Dans la foulée de l'action syndicale, le gouvernement a nommé un médiateur des relations commerciales pour réfléchir à la mise en place d'une aide. Après avoir consulté les différents acteurs des filières, le médiateur a rendu son analyse concernant la filière laitière.

Il propose « une hausse de 25 euros par 1000 litres en moyenne annuelle sur la totalité de l’année 2013, avec un relèvement immédiat de même ampleur pour le lait collecté à compter d’avril. » Cette hausse serait répercutée sur le consommateur à hauteur de 2 centimes sur le litre de lait UHT et 3 centimes sur les produits transformés.

Franck Sander considère que « cette annonce est de bonne augure mais que la FDSEA ne sera satisfaite qu'une fois la hausse constatée sur la paie de lait, par ailleurs des solutions doivent être trouvées pour les autres filières d'élevage. »

Équilibrer les relations commerciales

La FDSEA reste mobilisée, une table ronde est prévue sur le sujet avec le Préfet mardi 7 mai. Au cœur des discussions, les réglementations qui encadrent les relations commerciales. En effet, la position oligarchique dont bénéficie la grande distribution peut conduire certaines enseignes à transgresser les cadres établis par la Loi de Modernisation de l'Economie. La FDSEA souhaite que l’administration puisse mieux contrôler ces relations afin de rééquilibrer le poids de chacun des acteurs au sein de la filière. Cette table ronde sera aussi l'occasion de rappeler la position du syndicalisme dans la construction de la Loi sur la Consommation et d'insister sur la valorisation des produits alsaciens dans les GMS.

Réduire les dégâts à tout prix

Les agriculteurs bas rhinois sont touchés par d'importants dégâts de sangliers. Devant ces difficultés, la FDSEA s'est mobilisée. Laurent Fischer nouveau responsable chasse de la FDSEA 67 a rappelé que c'est grâce à l'action du syndicalisme que la DDT a accordé le tir de nuit avec source lumineuse. Les chasseurs ont maintenant tous les outils pour tirer les sangliers, à eux de prendre leurs responsabilités.

La FDSEA souhaite aussi rencontrer l’administration pour savoir quelles mesures sont envisagées pour punir les locataires de lots de chasse qui ne jouent pas le jeu de la régulation des sangliers.

Parmi les autres sujet abordés lors du Conseil, la problématique gens du voyage. La FDSEA  a demandé au Prfet de mieux encadrer l'accueil des gens du voyage, en particulier des grands groupes pour éviter l'occupation sauvage des prairies. La position de la FDSEA est simple, il faut privilégier les espaces libres disponibles (terrains militaires) en plus des aires d'accueil. Les parcelles agricoles doivent être utilisées en dernier recours et dans tous les cas, l'exploitant doit donner son consentement et la parcelle doit être fauchée. A l'Etat d'assumer son rôle et de faire respecter la loi.

événements

  • {0} - {1}

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Toutes les émissions dans la médiathèque