Visite du préfet sur une exploitation agricole

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Les moissons terminées, les élus de la FDSEA ont invité le Préfet Stéphane Bouillon sur l’exploitation de la Ferme Fleckenstein à Niederroedern en présence des autres organisations professionnelles agricoles. Lors de cette rencontre la FDSEA, les JA et la CARA ont défendu leurs positions sur la réforme de la PAC.

Au cœur du débat : la convergence, le recouplage des aides et le verdissement

Le cadre européen de la réforme de la PAC étant dorénavant fixé, les arbitrages nationaux doivent maintenant s’opérer, c’est dans ce sens que les élus alsaciens on fait part au Préfet de leur vision de la PAC pour les 5 prochaines années.

Convergence

Denis Ramspacher a tout d’abord rappelé le contexte alsacien, « les exploitants de notre département ont concentré sur des petites surfaces le travail et la main d’œuvre si bien qu’aujourd’hui les référence à l’hectare sont assez nettement au dessus de la moyenne, 378€ contre 294€ à l’hectare ».

Dans ce contexte, une convergence totale des aides serait très défavorable aux agriculteurs du département. Jean Paul Bastian plaide donc pour une convergence la plus lente possible, « il faut utiliser complètement la latitude qui nous est donnée sur ce point », c'est-à-dire limiter la convergence à 60% en 2019, comme le prévoient les textes européen.

L’aide dite de verdissement doit également converger lentement et non pas se résumer à un paiement forfaitaire à l’hectare comme le prévoyait la Commission Européenne initialement. Au président de la CARA d'ajouter :« Nous favoriserons toutes les mesures ralentissant la convergence, il faut à tout prix éviter une marche brutale pour les exploitants »

Recouplage des aides

Mesure phare du Ministre de l’Agriculture, la surprime aux 50 premiers hectares laisse les professionnels sceptiques. En effet, même si de prime abord cette mesure semble favorable aux exploitations alsaciennes dont la taille est plus petite que la moyenne nationale, son application passe par un prélèvement obligatoire de 30% des aides au départ qui pèseront lourds sur les exploitations alsaciennes.

Jean Paul Bastian a souligné le maintien d'un volet important pour la régulation des marchés ceci grâce la France. Il s'agit d'une avancée importante car il y a deux encore, la vision libérale de la commission européenne enterrait toute politique de régulation.

Remy Losser pour le tabac et Franck Sander pour le houblon se sont positionnés pour une aide spécifique à ces deux productions pour qui la convergence sera très pénalisante. La FDSEA souhaite également que l’élevage puisse émarger à des soutiens couplés afin de compenser la baisse qu’entraînera la convergence. Une aide à l'équivalent UGB est demandée pour l'ensemble des bovins lait et viande, des caprins et des ovins.

Verdissement

Sur le verdissement le cahier des charges pose encore problème, notamment la proposition d'un plafond à 75% pour la culture majoritaire. « Certaines parcelles le long du Rhin ne sont valorisables que grâce au maïs », des souplesses devront être trouvées.

Les élus agricoles alsaciens se réuniront en début de semaine prochaine pour officialiser la position alsacienne qui sera remise au Premier Ministre lors de la Foire Européenne.

événements

  • {0} - {1}

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Toutes les émissions dans la médiathèque