Négociation du Schéma Départemental de Gestion Cynégétique : des avancées pour le monde agricole

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Tous les 6 ans, le SDGC définit les conditions dans lesquelles doit être pratiquée la chasse ainsi que toutes les activités parallèles, notamment l’agrainage. L'actualité en 2012.

La FDSEA a été associée à ces négociations durant l’été avec l’obtention de plusieurs avancées.

Le principal point de négociation concernait la réglementation de l’agrainage des sangliers. La FDSEA a toujours porté un message clair, oui à l’agrainage de dissuasion en période de sensibilité (notamment au printemps pour les maïs) mais non au nourrissage des sangliers.

Partant de ce postulat, la FDSEA a obtenu qu’à partir de l’hiver 2012, l’agrainage en linéaire sera interdit du 1er janvier au 29 février. A cette période, l’agrainage ne permet pas de lutter contre les dégâts et il limite l’effet de la sélection naturelle augmentant ainsi la survie des petits, qui se retrouvent dans les maïs et les prairies au printemps suivant.

Nous espérons que cette mesure permettra de continuer la dynamique de diminution des dégâts de sangliers entamée depuis 4 ans.

L’interdiction d’agrainer à moins de 100 mètres des parcelles agricoles et dans les bois de moins de 25 ha est bien entendue conservée.

La FDSEA et les JA souhaitaient également apporter des outils pour lutter contre les chasseurs récalcitrants. Une cellule de crise composée des chasseurs, des agriculteurs, du fond d’indemnisation et des louvetiers a été mise en place, celle-ci se réunira sous 3 jours après demande d’un des parties afin de répondre à une crise ponctuelle.

Parallèlement aux négociations du SDCG, la liste des zones noires de dégâts de sangliers dans le cadre du Plan Nationale de Maîtrise du Sanglier a permis d’identifier les secteurs fortement touchés. Ce classement constitue une mise en garde pour les locataires de chasse qui s’il ne font pas l’effort de lutter contre les dégâts peuvent se voir infliger une battue administrative par le Préfet. Dans ces zones, il appartient également au Maire de faire réagir les locataires de chasse défaillant, la mise en demeure de destruction des animaux nuisibles est l’un des outils à leur disposition.

La FDSEA 67 attend également de l’administration des avancées concernant l’homologation du piment pour enrober les semences de maïs qui avait été interdit l’année dernière. La lutte contre les dégâts de sanglier n’aboutira que si tous les partenaires jouent le jeu de la réduction.

événements

  • {0} - {1}

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Toutes les émissions dans la médiathèque