Dégâts de sangliers sur prairies : trop c’est trop !

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Une fois de plus la profession agricole a dû se mobiliser pour dénoncer la recrudescence des dégâts de sangliers. Voilà bien longtemps que les dégâts aux cultures divisent le monde de la chasse et les agriculteurs. Les exploitants agricoles sont las de voir leurs parcelles retournées par des hordes de sangliers.

La situation devient insoutenable

Jean Idoux, éleveur sur la commune de Châtenois, est un exemple parmi tant d’autres. Depuis février ses prairies sont régulièrement saccagées par les sangliers. Certes le Fonds départemental d’Indemnisation des Dégâts de Sangliers compense une partie des pertes, mais le montant ne couvre pas les frais. De plus, la perte de qualité de fourrage et le temps passé par les éleveurs ne sont pas comptabilisés.

C’est dans ce contexte que la FDSEA et les JA du Bas Rhin ont organisé une rencontre sur l’exploitation de M. Idoux. Les chasseurs, le FIDS, les louvetiers, les élus locaux et bien sûrs les agriculteurs ont largement débattu sur les solutions à mettre en œuvre.

Les agriculteurs s’étonnent que si peu de sangliers aient été tirés cet hiver (14 000 au lieu de 16 500) alors que les dégâts du printemps laissent présager d’un nombre important de sanglier. L’agrainage intensif pratiqué par certains chasseurs est également dénoncé.

Quelle attitude adopter devant un locataire de chasse qui préfère payer des dégâts et avoir des sangliers pour assurer un tableau de chasse d’honneur  aux invités de ses « safaris » ?

Marc Moser, en charge du dossier chasse à la FDSEA, a tenu à rappeler le rôle des maires dans la gestion des lots chasse. Ces derniers ont le pouvoir d’ordonner des battues et de sanctionner les locataires qui ne respecteraient pas les consignes des cahiers des charges. M.Riebel, président de la communauté de communes de Villé et M.Kientz président des maires ruraux  ont souligné les difficultés des exploitants et les ont assuré de leur soutien.

M. Weinum président du FIDS aimerait également voir les dégâts diminuer, l’an dernier le FIDS a dû indemniser pour près de 1,2 millions d’euros. Cependant, il craint pour l’évolution des populations d’autant plus que le nombre de chasseurs tend à diminuer. Concernant l’agrainage, ce procédé est pour lui le seul moyen efficace de limiter les dégâts. Encore faut-il qu’il soit pratiqué dans les règles, lui ont répondu les agriculteurs qui retrouvent régulièrement des grains de maïs à moins de 100 mètres des parcelles, chose qui est interdite.

De leurs côtés les chasseurs soulignent qu’il est parfois difficile pour eux d’être efficaces, c’est pourquoi ils souhaiteraient pouvoir tirer les sangliers plus longtemps lors des affûts. Un arrêté préfectoral de tir de nuit avec source lumineuse pour les lieutenants de louveterie a été pris cette semaine et devrait favoriser la destruction des sangliers. La profession agricole souhaite lever les verrous au tir du sanglier pour que les chasseurs puissent chasser un maximum, mais encore faut-il une volonté de réguler l’espèce.

Phillipe Boehmler des JA a tenu à rappeler que les chasseurs ne jouant pas le jeu de la limitation des dégâts devraient être sanctionnés, par des battues administratives notamment. Une réunion avec les services de l’Etat qui ne pouvait être présent en cette période de réserve électorale sera organisée prochainement pour décider des actions à envisager dans les points noirs du département.

M Muller président du groupement cynégétique local souhaiterait voir plus d’agriculteurs chasseurs, cela permettrait de mieux comprendre les difficultés de chacun mais aussi d’assurer le renouvellement de génération pour les chasseurs qui sont de moins en moins nombreux. Ses souhaits ont été exaucés car 3 adhérents des JA Montagne présents à la manifestation de mercredi ont obtenu cette année le permis de chasse.

événements

  • {0} - {1}

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Toutes les émissions dans la médiathèque