Succession à la présidence de la section des anciens exploitants de la FDSEA

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Paul Schiellein, figure bien connu dans le monde agricole bas-rhinois, vient de succéder à André Wicker à la présidence de la section des anciens exploitants de la FDSEA. Ardent militant de la cause agricole, il compte mettre toute son énergie à la défense des anciens exploitants. Parmi ses priorités figurent évidemment la revalorisation des retraites agricoles mais aussi tous les autres dossiers qui contribuent à permettre aux anciens agriculteurs de mener une retraite paisible. Nous faisons le point avec lui sur les dossiers qui mobiliseront la section des anciens exploitants au cours des prochains mois.

André Wicker, Denis Ramspacher et Paul Schiellein

Vous venez de prendre le relai d’André Wicker à la tête de la section des anciens exploitants de la FDSEA, quelles sont vos priorités ?

schiellein.jpg Paul Schiellein : Je souhaiterai tout d’abord rendre hommage au travail mené par André Wicker et son équipe tout au long des 17 années où il a été à la tête de la section des anciens exploitants de la FDSEA. S’agissant de l’avenir, la revalorisation des retraites agricoles demeure notre priorité. Avec 715 euros/mois en moyenne pour un ancien chef d’exploitation à l’issue d’une carrière complète et 537 €/mois pour les conjoints, les retraites agricoles sont parmi les plus faibles tous régimes confondus. Cela n’est pas acceptable. Nous demandons à l’Etat de tenir ses engagements. Les gouvernements qui se succèdent ont tous fait des promesses, notamment d’arriver à un minimum de 75% du SMIC. Il faut maintenant les tenir et vite. Finalement nous demandons simplement plus de justice et plus d’équité !

Outre la revalorisation des retraites, quels sont les autres sujets sur lesquels vous comptez obtenir des avancées ?

Paul Schiellein : Plus généralement, nous nous battrons pour préserver le pouvoir d’achat des retraités agricoles. Cela passe par la limitation des charges qui pèsent sur les retraités comme par exemple le coût des complémentaires santé ou encore les nouvelles taxes et impôts qui ont vu le jour. On ne peut pas accepter que d’un côté les retraites ne soient pas revalorisées et que de l’autre les charges ne cessent de s’envoler. Il y a aussi tout le chantier de la dépendance. Nous demandons que des solutions concrètes soient trouvées pour faire face au coût laissé à la charge des familles, au manque de places d’accueil, aux problèmes que rencontrent les services d’aide à la personne. Cela passe aussi par le maintien de professionnels de santé dans nos campagnes et la présence de vrais services en milieu rural. Nous travaillerons sur tous ces sujets notamment avec la MSA.

Tous ces dossiers concernent au premier chef les retraités agricoles. Mais finalement la bataille que vous menez pour permettre aux agriculteurs en fin de carrière d’entrer sereinement en retraite concerne aussi les jeunes qui s’installent sur les exploitations libérées ?

Paul Schiellein : Effectivement, le dossier des retraites ne concerne pas seulement les agriculteurs qui sont déjà retraités, il faut que tout le monde s’en soucie. Et inversement, lorsqu’un agriculteur prend sa retraite, il ne met jamais complètement une croix sur son métier. Je pense que les agriculteurs qui passent de la vie active à la retraite ont un rôle important à jouer, en permettant souvent une transmission progressive du patrimoine à leur repreneur et en continuant à rester à ses côtés en cas de besoin.

Comment la section des anciens exploitants compte-t-elle faire avancer tous ces dossiers ?

Paul Schiellein : Je pense que notre meilleur atout, c’est de faire partie du grand réseau FDSEA-FNSEA. Car pour faire avancer le dossier de la revalorisation des retraite, il faut la meilleure synergie possible entre les départements et le national. C’est le cas entre notre FDSEA et la FNSEA. D’ailleurs fin janvier auront lieu les élections à la chambre d’agriculture. La liste d’union FDSEA-JA-AVA des anciens exploitants que je mène sera en concurrence avec 2 autres listes. C’est pourquoi je souhaiterai rappeler que les seuls à avoir réellement défendu la cause des retraités, c’est notre section des anciens exploitants. Contrairement à nos concurrents, la FDSEA est présente tous les jours aux côtés des exploitants actifs et retraités et pas seulement tous les 6 ans à l’occasion des échéances électorales. Pour autant, il est importants que tous les anciens exploitants votent pour notre liste intitulée Ensemble construisons l’avenir car pour faire entendre notre voix face aux pouvoirs publics, nous devons pouvoir peser au maximum. Je compte donc sur toutes les agricultrices et agriculteurs retraités pour nous apporter leur voix et ainsi garantir la meilleure défense possible de leur cause. Par avance, je les en remercie.

événements

  • {0} - {1}

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Toutes les émissions dans la médiathèque