PPRI : des exploitations rayées de la carte

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Le projet de Plan de Prévention des Risques Inondation du Giessen fait couler beaucoup d’encre dans la campagne.

Rencontre amère

Le projet de PPRI, soumis à l’heure actuelle à enquête publique, à Sélestat et Ebersheim, fait couler beaucoup d’encre dans la campagne. Les responsables locaux des deux communes concernées ont donc naturellement profité de la rencontre en sous préfecture pour faire part de leur mécontentement sur le PPRI du Giessen pour diverses raisons.

Ils regrettent amèrement que l’administration n’ait pas mis en place en amont une phase de concertation avec la profession agricole, dans la mesure où l’activité agricole est touchée en première ligne par les mesures en découlant. En effet, Benoît Heinrich, président local FDSEA d’Ebersheim, souligne « qu’aucune étude d’incidences sur l’économie agricole n’a été réalisée pour anticiper les effets d’un tel planCela est d’autant plus grave que des sites d’exploitation classés en zone rouge foncé ne pourront plus développer le bâti existant, et le plus aberrant c’est que l’on va demander le déplacement du stockage des effluents d’élevage en dehors de la zone rouge foncé. Personne ne s’est posée la question de la fonctionnalité d’un site d’exploitation ; c’est tout simplement  absurde ». Gérard Lorber, appelle la sous préfète au bon sens paysan. « La profession agricole ne remet pas en cause le fondement de l’établissement de ce PPRI mais estime que certaines prescriptions prévues sont tout simplement inconcevables pour les exploitations en cause, et que des mesures méritent d’être précisées pour ne pas subir la double peine avec le jeu des compensations ! »

La FDSEA et les JA demandent la révision du projet de PPRI du Giessen et cela en concertation avec la profession agricole. En tout état de cause, les personnes concernées sont vivement invitées à faire valoir leurs observations écrites dans le registre du commissaire enquêteur en mairie de Sélestat ou d’Ebersheim avant le mercredi 24 juillet 2013.

Gérard Lorber, estime que « la manière dont le projet de PPRI a été établi pour Sélestat et Ebersheim, ne doit pas se reproduire dans d’autres secteurs du département et demande aux autorités de l’Etat, la concertation systématique de la profession agricole bien en amont des projets de PPRI. »

événements

  • {0} - {1}

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Du fourrage en quantité de qualité moindre

Toutes les émissions dans la médiathèque