Ovins bovins/ Pas de sortie d’animaux sans ICA

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

L’ICA (Information sur la Chaîne Alimentaire) est obligatoire depuis le 1er juillet 2013. Cette précision sanitaire accompagne le passeport du bovin ou le document de circulation des ovins destinés à l’abattoir. Cette démarche participe au renforcement de la sécurité sanitaire de la viande tout au long de la filière et répond aux enjeux de santé publique.

En cas de manquement, des mesures concernant les animaux seront prises.

Le « Paquet Hygiène » spécifie que l’éleveur doit transmettre des informations sanitaires aux opérateurs de la filière quand ses animaux quittent l’exploitation. L’ICA permet aux exploitants d’abattoirs et aux services vétérinaires d’inspection d’anticiper la conduite à tenir vis-à-vis d’animaux pouvant potentiellement présenter des risques peu ou non détectables lors des contrôles ante mortem et post mortem. L’arrêté ministériel du 14 novembre 2012 est entré en vigueur au 1er juillet 2013 et rend son application obligatoire. Dans un souci d’organisation, il est recommandé que l’éleveur informe l’établissement 24h avant le départ des animaux.

Quelle information sur quel support ?

Cette information concerne les filières bovines et ovines. Pour les bovins, l’ASDA (Attestation Sanitaire pour la Délivrance Anticipée, éditée par le GDS) est le support de transmission de l’ICA. Si aucune information sanitaire spécifique n’est à transmettre, il suffit simplement de rayer la mention inutile parmi « présente un » - « ne présente aucun » risque dans l’encadré en haut à droite de l’ASDA, puis de dater et signer le document. Si une information doit être transmise, le verso de l’ASDA doit être complété (case à cocher). Le passeport ainsi que l’ASDA sont à remettre aux abattoirs et aux services vétérinaires lors de l’inspection des animaux.

Pour les ovins, il s’agit du document de circulation. Sans information sanitaire spécifique, l’éleveur coche la case « atteste que ces animaux ne présentent aucun risque », complète le document et le signe.

La plaquette d’information pour les bovins a été transmise aux éleveurs par les GDS au premier semestre 2013. Pour les ovins, la plaquette est disponible auprès des fédérations professionnelles et des EDE. Elles sont téléchargeables sur le site d’INTERBEV :

http://www.interbev.fr/francais/ica_information_sur_la_chaine_alimentaire/

N’hésitez pas non plus à contacter votre GDS ou votre interprofession :

-          GDS 68 tél : 03 89 22 28 00 ou au GDS 67 tél : 03 88 19 16 73

-          Interbev Alsace : 03.88.19.17.76

Interview de Dominique Daul, engraisseur à Pfettisheim et membre d’Interbev Alsace

L’Information sur la Chaîne Alimentaire (ICA) : quels sont les enjeux ?

L’ICA doit permettre une meilleure transmission des informations sanitaires aux exploitants d’abattoirs. Il faut savoir être transparent vis-à-vis de nos pratiques.

Cette information est en place depuis déjà pas mal de temps mais sera rendu obligatoire au 1er juillet.

L’ICA, une nouvelle procédure administrative à la charge des éleveurs ?

L’ICA se transmet via l’ASDA. Quand vous êtes en train de marquer la date et la signature, il faut juste penser à rayer la mention inutile. C’est l’affaire de quelques secondes. Je ne vois pas ça comme une contrainte. Il faut bien lire le texte la première fois, après c’est un coup à prendre.

Quels sont les risques en cas de manquement ?

C’est une obligation règlementaire. En cas de manquement, des mesures concernant les animaux seront prises. Les bêtes dont l’ICA sera mal remplie risques d’être stockées à l’abattoir, consignées et tuées en fin de chaîne avec plus de rigueur dans les contrôles sanitaires.

événements

  • {0} - {1}